Essais de tenue aux micro-organismes

Vous êtes fabricants, transformateurs ou utilisateurs de produits exposés aux agressions environnementales ? Vous souhaitez connaître ou estimer la tenue de vos produits aux agressions biologiques ? Pour les contrôler ou en maîtriser la durabilité ?

Avec l’appui de nos laboratoires partenaires, nos experts matériaux sont à votre disposition pour mener des essais de tenue aux micro-organismes et ainsi répondre à vos problématiques dans ce domaine !

Action des micro-organismes

Le rayonnement solaire, la température et l’humidité sont considérés comme les 3 facteurs primaires de dégradation. Des essais de vieillissement artificiel accéléré vont permettre d’estimer la tenue des produits à ces agressions climatiques.

Les facteurs biologiques vont, quant à eux, avoir des effets supplémentaires et aggravants, en agissant à la surface et/ou à l’intérieur du matériau.

Les micro-organismes responsables de la dégradation des matériaux peuvent être les suivants :

  • Champignons
  • Lichens
  • Algues
  • Bactéries
  • Protozoaires

Ils peuvent agir en symbiose et ainsi coloniser le matériau par une organisation structurée. Ce réseau microbien, qui agit en synergie, peut alors provoquer de graves dommages sur le matériau. Il peut donc être important de les identifier et de les quantifier.

Les procédés utilisés sont fonction du milieu, mais aussi des conditions en service du matériau (par exemple présence de matière organique).

Biodégradation ou biodétérioration ?

D’une manière générale, le terme dégradation désigne toute altération chimique et/ou physique qu’un matériau est susceptible de subir tout au long de son cycle de vie.

Cependant, il faut distinguer :

  • Les altérations résultant de l’environnement direct du matériau en service, assimilées à un vieillissement prématuré et indésirable
  • Les altérations visant à faire disparaître délibérément le matériau en fin d’utilisation, par exemple le compostage

Il convient donc de différencier les termes :

  • Biodégradation : dégradation biologique souvent volontaire du matériau en fin de vie
  • Biodétérioration : dégradation biologique indésirable du matériau au cours de son utilisation

Dans une logique de développement durable, de plus en plus de matériaux sont conçus de manière à favoriser leur biodégradation. Ainsi, il est maintenant possible de produire des polymères de faible durée de vie. Paradoxalement, pour diminuer l’impact environnemental de notre société de consommation, la durabilité des produits reste une clé essentielle.

Une démarche normalisée

En laboratoire, l’action des micro-organismes peut être simulée par l’usage de souches déterminées et/ou de sols microbiologiquement actifs (par exemple essais d’enfouissement). La pertinence et le choix de la méthode d’essai sont fonction du matériau et de ses conditions d’utilisation.

Exemples de normes applicables :

  • Plastiques : NF EN ISO 846
  • Peintures et vernis : NF EN 15457 et NF EN 15458
  • Produits électrotechniques : NF EN 60068-2-10
Micro-organismes

Envie d’en savoir plus ? Nos experts sont à votre écoute pour vous proposer des solutions sur mesure adaptées à vos besoins.