Propriétés d’usage des matériaux et durabilité des produits du futur

Projet ZoDrEx

Zonal isolation, Drilling and Exploitation of enhanced geothermal system

Mieux exploiter une source de chaleur stockée sous nos pieds … mais à de grandes profondeurs ! C’est l’ambition du projet européen ZoDrEx porté par Geo-Energie Suisse et 10 partenaires d’Allemagne, du Danemark, d’Espagne, de France et de Suisse, dont les français Cetim Grand Est et ÉS-Géothermie, exploitant alsacien expert en géothermie profonde. L’enjeu est de taille. En effet, cette énergie, très faiblement émettrice de gaz à effet de serre, possède un potentiel important au regard de l’immense quantité de chaleur disponible dans le sous-sol de la planète et présente une disponibilité indépendante des conditions météorologiques.

Doté d’un budget de 4,9 millions d’euros sur 3 ans (avec le soutien financier de la CE- Geothermica), le projet est structuré en trois thématiques :

  • La première est l’amélioration de techniques de forage
  • La deuxième concerne les opérations de stimulation et en particulier la « stimulation par étages »
  • La troisième thématique, traitée par le Cetim Grand Est et ÉS-Géothermie, porte sur l’optimisation de l’exploitation des centrales géothermiques et sur la qualification des impacts qui en découlent. Le Cetim Grand Est étudiera en particulier les inhibiteurs de corrosion haute température en géothermie profonde en milieu agressif. Dans ce cadre, le Centre s’est équipé d’un autoclave instrumenté pour réaliser des mesures électrochimiques de résistance à la corrosion jusqu’à des températures de 300°C et des pressions de 200 bars, avec la possibilité d’injecter du dioxyde de carbone (CO2), de l’oxygène (O2) et de l’azote (N2)

Projet SCELLMA

SCELLment de surconteneur céramique par torche plasMA

Les colis primaires, constitués des déchets radioactifs de haute activité vitrifiés dans des fûts en inox, sont amenés à être conditionnés dans des conteneurs afin de rejoindre, à terme, le site de stockage profond des déchets radioactifs (Cigéo). Le projet SCELLMA vise à développer un procédé de scellement de conteneurs en céramique en utilisant la technologie plasma thermique. L’objectif est d’assembler deux pièces céramiques épaisses de grandes dimensions (le corps et le couvercle du conteneur) de manière étanche et durable.

         


Projet FACORR

Durabilité des matériaux issus de Fabrication Additive

Ce projet consiste à comparer la tenue à la corrosion de l’inox 316L obtenu par fabrication additive SLM (Selective Laser Melting) avec le même matériau issu d’une métallurgie traditionnelle.

A ce jour, nous investiguons plus particulièrement l’influence de certains paramètres, tels qu’orientation de la microstructure, traitements thermiques, traitements de finition de surface (passivation) et comparons nos résultats à ceux obtenus sur une tôle laminée (fabrication traditionnelle).


Projet Corrosion in situ

Mesure et suivi de la corrosion sur site

Cette thématique de recherche s’inscrit sur le long terme. A ce jour, nous avons en particulier travaillé sur la technique de l’émission acoustique et du bruit électrochimique dans le but de détecter la corrosion naturelle en temps réel.